Call for Papers: The digitalization of the social and the socializing of the digital / Appel à communications: La digitalisation du social et la socialisation du digital

> Français

International Conference at the University of Lausanne, Switzerland, June 7th & 8th, 2012

The “social” as a unique issue – distinct from the state, politics, law or culture – was the central concept around which the new discipline of the social sciences has been formed. For Durkheim, for instance, the social constitutes the space of relations between individuals that is irreducible to the sum of these. For others, the social is based on association (from socius: companion, associate). It therefore contains all that is likely to associate, including the connections and interactions that can engage humans and nonhumans, subjects and technical objects. It is the study of the social and the exploration of its various forms that was (and still is) the basic project that constitutes the social sciences.

For more than a decade, much has been written about the so-called “digital revolution”. Today, information and communication technology is present in most areas of social activity. As a result, digital mediation pervades almost all social relations. Administration, education, culture, friendship, love – in all these different practices, digital interfaces play a crucial role, although it is sometimes not completely clear how and to which extend. According to several analysts, the rise of digital interfaces has given birth to new modes of relations – particularly in the field of emotional relationships where the growing digitalization seems to generate significant changes at present.

But how does this digital revolution affect the constitution of the social? How can we conceptualize the social in the digital age? Is digital media a new basis for association and the constitution of the social? And if so, does this raise the classic question of the social sciences concerning the very “nature” of the social in a new way? In recent years, rich and extensive work has been devoted to these questions. In reviewing these works, to main axes seem to appear: the digitalization of the social and the socializing of the digital.

The concept of the digitalization of the social answers to the proliferation of digital interfaces in social activities and interactions. Many common activities use digital interfaces as an intermediate or are affected by them. They are mediated by computer screens, keyboards, touch devices, digital protocols or search engines. These interfaces seem to play an increasing role in the creation, maintenance and extension of social relationships: based on computer algorithms that compare personal data, people meet on social networking or online dating sites. Links and relationships between individuals are created with the help of digital interfaces.

But this digitalization of the social also intervenes in the chains of intermediaries in a way that is largely beyond the visibility and the practical scope of most users. It offers the possibility to measure online activities, to quantify, classify and store them in databases. Users may utilize this information to observe themselves and the behavior of others. But data can also be saved and used without their knowledge. The digitalization of the social encourages practices of social control and surveillance on an interpersonal as well as an institutional level.

Therefore, the diagnosis of a digitalization of the social goes often hand in hand with a critique of these transformations. Many observers have shown how forms of control and surveillance increase when the social is reconfigured through digital interfaces. In this perspective, the social is “colonized” from the outside by technological processes, thereby multiplying forms of surveillance, rationalization and reification as well as reinforcing power relations. Furthermore, these processes allow new forms of appropriation and exploitation of the contributions of users online.

There is, however, also a second perspective on the same processes, that of the socializing of the digital. Here, on the contrary, digital interfaces do less appear as places where the social is configured but rather as a space where it emerges, where different forms of usage and innovative social experiments are created. Digital interfaces are regarded as incorporations of social forms, of already existing ways of relating. Digital activities are social at their very core. A social network site for example must incorporate in its technical architecture an already existing concept of friendship, and an online dating site must relate to the established forms of building up emotional relationships in our society.

As a result, the perspective of the socializing of the digital implies less critique of control, surveillance and power, but rather analyses the ways in which the social is adopted and reconfigured by the digital. Far from being “colonized” by the machines, the social is in fact right at the very heart of them (Latour). Such a perspective goes often hand in hand with a rather positive view of the current changes. The socializing of the digital is regarded as a process that allows more egalitarian forms of sociality, especially by supporting the freedom of speech and expression and by making power relations more transparent. Furthermore, there are hopes that the social would become more “dynamic” in the digital age.

These different views on the current developments raise many questions for scientific research:

  • How to describe, analyze, and understand this double move of the digitalization of the social and the socializing of the digital? Should we examine these processes separately or together? How and with which conceptual tools?
  • What are the implications of these developments? Could there be a superposition of the social and the digital, or is the one colonized by the other?
  • Is the socializing of the digital of the same importance than the digitalization of the social? Which of both processes finally “wins the battle”?
  • What are the differences that can be observed between the social spheres – on the market and in the sphere of work, with regard to emotional and intimate relationships or in culture and politics?
  • Does the increasing importance of digital interfaces support the rationalization and reification of social relationships? How does this proceed, in which social spheres and with what consequences?

The international conference at the University of Lausanne on June 7th & 8th, 2012 will try to answer some of these questions. It brings together experts in the sociology of technology, media and social theory as well as empirical research projects that analyze current developments in the field of digital activities and interfaces. The conference languages are French and English.

We invite the submission of proposals (about 2500 Characters) to Olivier.Voirol{at}unil.ch and Kai.Droge{at}unil.ch. The deadline is March 15th, 2012. The organizing committee will notify you about the acceptance two or three weeks later.


Organizing committee:

Olivier Voirol (UNIL) Olivier.Voirol{at}unil.ch
Kai Dröge (UNIL) Kai.Droge{at}unil.ch
Alba Brizzi (UNIL) Alba.Brizzi{at}unil.ch

Supported by the Swiss National Science Foundation (SNSF) and the Institute of Social Sciences (UNIL).

Colloque international, Université de Lausanne, Suisse, 7 et 8 juin 2012

Les sciences sociales se sont constituées autour de la question du social, ce domaine singulier distinct à la fois de l’Etat, du politique, du juridique ou encore du culturel. Pour Durkheim, le social est par exemple cet espace de relations entre individus qui est irréductible à la somme de ces derniers. Pour d’autres, le social relève de l’association (de socius, compagnon, associé), incluant tout ce qui est susceptible de s’associer, et notamment les connections et les interactions que peuvent engager des êtres humains et des non-humains, des sujets et des objets techniques. C’est l’étude du social et l’exploration de ses différentes manifestations qui fonde le projet des sciences sociales.

Depuis une décennie, la dite « révolution numérique » a fait couler beaucoup d’encre. La présence croissante de technologies de l’information et de la communication dans la plupart des secteurs de l’activité sociale a fait du digital une médiation omniprésente dans quasiment tous les rapports sociaux. Dans les pratiques administratives, pédagogiques, culturelles, relationnelles, amicales, les interfaces digitales jouent aujourd’hui un rôle central, sans que l’on sache toujours exactement lequel. Selon plusieurs analystes, la montée des interfaces digitales a par exemple donné naissance à des modalités relationnelles inédites, notamment sur le plan des relations affectives dans lesquelles cette digitalisation croissante semble susciter des changements importants à l’heure actuelle.

Mais quelle est au juste la portée de ce tournant digital sur la constitution du social ? Comment penser le social à l’ère du digital ? Les médias numériques deviendraient-ils de nouveaux vecteurs du social et de l’association ? Si tel était le cas, la question classique des sciences sociales sur la « nature » du social ne s’en trouverait-t-elle pas posée à nouveaux frais ? Ces interrogations ont fait l’objet de riches réflexions et de nombreux travaux au cours de ces dernières années, parmi lesquels deux axes se dégagent : celui de la digitalisation du social et celui de la socialisation du digital.

La digitalisation du social renvoie à cette multiplication des interfaces numériques dans les activités et les interactions sociales. D’une part, une série d’activités courantes se configure par l’intermédiaire d’interfaces digitales ou sont affectées par ces dernières ; elles sont médiatisées par des écrans, des claviers, des écrans tactiles, des protocoles numériques ou des moteurs de recherche. D’autre part, ces interfaces semblent jouer un rôle croissant dans la création, le maintien et l’extension de relations sociales : on se rencontre par l’intermédiaire d’algorithmes croisant des données personnelles sur les réseaux sociaux ou les sites de rencontre, des liens se créent entre individus en fonction d’interfaces, etc.

Or cette digitalisation du social fait intervenir des chaînes d’intermédiaires dont les modalités de fonctionnement échappent largement à la visibilité et à la portée pratique de la plupart des usagers. Elle offre notamment la possibilité de mesurer des activités en ligne, de les quantifier, de les classer et de les répertorier dans des bases de données. Si ces données servent aux usagers pour s’observer eux-mêmes et observer les autres, elles peuvent également être enregistrées et utilisées à leur insu. La digitalisation du social encouragerait du coup les pratiques de contrôle et de surveillance autant au niveau interindividuel qu’au niveau institutionnel.

La mise à jour de cette digitalisation du social est souvent allée de pair avec une critique de cette dernière. Ce que moult observateurs ont alors mis en évidence est l’accroissement des formes de contrôle, le développement de modes de surveillance au fur et à mesure que le social se reconfigure par le biais des interfaces digitales. Le social serait comme « colonisé » de l’extérieur par ces processus technologiques en décuplant les modes de surveillance, de rationalisation, de réification et en renforçant les rapports de pouvoir. Ces processus permettraient en outre des formes inédites d’appropriation et d’exploitation des contributions en ligne des usagers.

Ce même processus est toutefois examiné, également, à l’aune d’une autre perspective, celle de la socialisation du digital. Par là, il faut entendre le mouvement inverse par lequel les interfaces digitales apparaissent moins comme des espaces de configuration du social que comme des émanations du social, des usages spécifiques, des formes innovantes d’expérimentation sociale. On considère alors que ces interfaces ne sont autres que l’incorporation de formes instituées du social, de manières existantes d’entrer en relation. Les activités digitales seraient ainsi sociales en leur cœur même. Un réseau social doit par exemple incorporer dans son architecture technique une conception reconnue de l’amitié comme un site de rencontre doit incorporer une manière de développer des contacts affectifs.

Par conséquent, la perspective de la socialisation du digital, implique moins un questionnement sur le contrôle, la surveillance et le pouvoir qu’une mise à jour des processus d’appropriation et de reconfiguration du social grâce au digital. Loin d’être « colonisé » par les machines, le social serait au contraire au cœur de ces dernières (Latour). Une telle perspective va souvent de pair avec une appréciation globalement positive des changements en cours, la socialisation du digital permettrait des formes plus égalitaires de socialité notamment en promouvant la libre expression et la liberté de chacun tout autant que la « transparence » du pouvoir. Le digital permettrait alors de nourrir bien des espoirs sur les possibilités de « dynamisation » du social.

Ce double constat soulève plusieurs questions pour la recherche actuelle :

  • Comment décrire, rendre compte, et comprendre ce double geste de digitalisation du social et de socialisation du digital ? Ces deux processus doivent-ils être examinés séparément ou alors de manière conjointe ? Comment et à l’aide de quels outils conceptuels ?
  • Quelles sont les conséquences de ces développements ? Peut-on envisager un recouvrement du social et du digital, une superposition, ou alors une colonisation de l’un sur l’autre ?
  • La socialisation du digital est-elle du même ordre, et a-t-elle le même « poids » que la digitalisation du social ? Y a-il, entre ces deux processus, un qui finit par « gagner la bataille » ?
  • Quelles sont les différences entre les sphères d’activité sociale – sur le marché et le lieu de travail, dans les liens affectifs et les relations amoureuses, la culture et la politique ?
  • Dans quelle mesure assiste-t-on à travers la montée des interfaces digitales à des formes de rationalisation et de réification des relations sociales ? Comment s’opèrent ces processus, dans quelles sphères et avec quelles conséquences ?

C’est pour tenter de répondre à ces questions qu’un colloque international est organisé les 7 et 8 juin 2012 à l’Université de Lausanne. Il réunira des spécialistes des domaines de sociologie de la technique, des théoriciens sociaux, des recherches empiriques sur les activités et les interfaces digitales actuelles. Les conférences seront présentées en français et en anglais.

Les propositions de communication (env. 2’500 signes) devront être adressées par mail à Olivier.Voirol{at}unil.ch et Kai.Droge{at}unil.ch jusqu’au 15 mars 2012, la réponse du comité d’organisation suivra trois semaines plus tard.

Comité d’organisation :
Olivier Voirol (UNIL) Olivier.Voirol{at}unil.ch
Kai Dröge (UNIL) Kai.Droge{at}unil.ch
Alba Brizzi (UNIL) Alba.Brizzi{at}unil.ch

Soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) et l’Institut des sciences sociales (UNIL).

Leave a comment

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

WP SlimStat